Idée Reçue #7: L’amorti sur les chaussures de Running est fondamental

High Tech Shoes, Low Tech Feet

Ido Portal

Introduction

  • Les Converse, Nike Cortez, New Balance et autres chaussures tendances que nous arborons fièrement lors de nos sorties socios-gastros-alcooliques hebdomadaires, étaient autrefois les dernières chaussures haute technologie que portaient nos athlètes vintage pour leurs performances sportives.
Chuck-Taylor-playing-basketball-1024x644

Le légendaire Cuck Taylor en action

Pourtant, il ne viendrait l’idée à personne d’attaquer un match de basket ou un semi marathon avec. Trop peu d’amorti, de maintien, de drop… ou tout autre argument technologique justifiant l’achat d’un modèle dernier cri à presque 200€. Y avait-il pour autant plus de blessures? Plus de tendinopathies, de syndrome de l’essuie glace, de périostite… 

  • Le corps est un organisme complexe, magnifiquement pensé et qui réagit plutôt bien au stress dans la mesure où celui-ci ne dépasse par la capacité d’adaptation. Pour exemple, l’un des moyens de corriger l’ostéoporose est de stimuler la masse osseuse par des exercices musculaires répétés sur la zone touchée. Les tractions qu’effectuent le muscle sur l’os en se contractant imposent un stress amenant l’os à se solidifier. Lorsque l’ostéoporose se situe sur le bas du corps, le saut est encore plus bénéfique puisqu’il ajoute la vibration de l’impact à la stimulation musculaire. Pourtant, question de bon sens, le saut n’est pas la première chose que nous recommanderions à quelqu’un dont la masse osseuse est fragilisée. Et de nombreux autres exemples peuvent étayer celui-ci. En protocole de rééducation d’une déchirure, un kinésithérapeute prescrira souvent des exercices excentriques (contraction musculaire où les fibres s’étirent). Alors que c’est généralement par ce type d’effort que la déchirure est survenue. Après une entorse où les ligaments ont subi un stress par un étirement prononcé, des exercices d’instabilité seront prescrits assez rapidement au cours de la rééducation. J’en passe et des meilleures. Ainsi, on corrige la majorité des problèmes physiologiques en exposant ce problème à un stress. Pas en évitant tout stress, qui imposerait une relative inactivité, et qui aggraverait très souvent le problème. Par la suite, la prévention passera au cours de l’entrainement, par une continuité des situations stressantes susceptibles d’entrainer la blessure. Pourquoi ainsi ce besoin pour la course à pied, de surprotéger le pied de tout impact, en installant des systèmes de gel ou d’air dans les semelles?
  • Considérant les chiffres d’affaires générés par la vente de chaussures de running (405 millions d’euros en 2015, source Capital), serait-il bête de penser que la technicité de la chaussure (amorti, système anti-pronateur…) dépende avant tout d’un intérêt financier que d’un réel intérêt de protection et de prévention des blessures?

L’évolution de la chaussure de course: Le réel intérêt de la technicité?

    J’ai eu l’occasion d’assister à une conférence de Blaise Dubois, physiothérapeuthe et président de la clinique du coureur. Blaise est entre autres un spécialiste de la prévention des blessures en course à pied et un des analystes les plus réputés sur le lien entre chaussure de running et impact sur la performance et les blessures. Je vous fournis quelques extraits de ses passionnantes conférences auquel j’adjoindrais un rapide résumé au dessous de la vidéo. Dans cette première vidéo, issue d’une série réalisée lors d’une conférence menée à l’université de Lausanne, Blaise interroge les raisons pour lesquelles la chaussure de running a évolué vers tant de technologie au cours des 30 dernières années.

    Dans cette partie, Blaise mentionne de nombreuses références scientifiques qui montrent que toutes les avancées technologiques de la chaussure de running auxquelles on accorde de nombreux bienfaits (prévention des blessures, économie de la foulée, performance…) ne sont pas fondées. Voici un recueil des passages les plus pertinents. Tous les points avancés sont étayés par des références scientifiques. J’y précise le moment auquel chaque point est présenté, afin de vous permettre de le retrouver plus rapidement dans la vidéo, et d’approfondir éventuellement les recherches:

  • 1’10: Les majeures avancées technologiques (stabilisateur calcanéen, technologie de contrôle de la pronation, support d’arche, empeigne stabilisatrice, semelle absorbante, talons surélevés, semelle spécifiquement rigidifiée) ont été introduites sans aucune évidence scientifique.
  • 1’26: Les chaussures changent la biomécanique naturelle et font la promotion de l’attaque talon.
  • 1’30: Les chaussures changent la biomécanique naturelle et favorisent une perte de l’alignement du genou.
  • 1’35: Les chaussures ralentissent la cadence.
  • 1’40: L’augmentation de l’absorption des chaussures a tendance a augmenter le stress sur le squelette en particulier, genoux, hanche et dos. Ou tout du moins, ne le diminue pas.
  • 1’47: L’absorption diminue le stress sur le mollet, le tendon d’Achille et le pied. Mais elle fragilise les tissus du pied et favorise l’affaiblissement musculaire.
  • 2′: C’est la raison pour laquelle une personne qui migre trop vite vers du minimaliste augmente les chances de se blesser si la transition est trop rapide. 
Blessures traditionnelles chaussure minimaliste

Prévalence des blessures lors d’une migration trop rapide vers une chaussure minimaliste et dans le cas d’une désadaptation des structures du pied causée par le port régulier de chaussures maximalistes

  • 2’46: L’absorption intégrée aux chaussures ne diminue pas l’incidence des blessures.
  • 2’49: L’absorption et les systèmes anti pronateur intégrés aux chaussures n’augmentent pas le confort perçu.
  • 2’55: Les chaussures au prix élevé ne sont pas plus confortables
  • 3′: Les chaussures au prix élevé ne diminuent pas l’incidence des blessures
  • 3’29: Définition de la chaussure minimaliste par Blaise Dubois: C’est une chaussure qui a un confort maximal et qui respecte la forme du pied. Elle comporte moins d’amorti, moins de drop, a plus de souplesse et moins de technologies de toute sorte pour dicter au pied où il doit bouger ou ne pas bouger. Ce sont également des chaussures les plus légères possible.
  • 5′: Les critères qui définissent une chaussure, qu’elle soit minimaliste ou maximaliste selon Blaise Dubois: L’épaisseur, la flexibilité (souplesse), le drop et le poids.

Des recommandations pertinentes

    Je crois ne connaitre aucun coureur revenu d’un magasin de chaussures de running avec une paire de minimalistes. Hors l’approche « One Fits All » (comprenez « qui s’adapte à tous ») comporte quelques limites. Certes, des adaptations sont faites dans le choix de la chaussure selon le poids de la personne, son niveau de course à pied (souvent analysé par l’expérience), la forme de son pied ou encore la distance préparée. Hors, nombreuses de ces recommandations ne tiennent pas compte des évidences scientifiques vues dans la première partie. Les recommandations de Blaise Dubois sont à mon sens pertinentes. Elles s’appuient sur les évidences scientifiques disponibles, développent des cohérences théoriques à partir de ces évidences et surtout sont exemptes de tout argument commercial.

De cette vidéo, est extraite l’infographie ci-dessous. Elle résume en quelques blocs simples, tout ce qui a été vu précédemment. D’une grande aide avant d’aller choisir sa prochaine paire de chaussures.

Infographie choix chaussure running clinique du coureur

Le choix d’une chaussure maximaliste (TAP) ou minimaliste s’appuie sur des questions simples. Adaptation du pied, performance, blessures (antécédent, lieux…).

Que retenir?

  • Le corps n’a pas nécessairement besoin d’une chaussure avec une haute technicité pour performer sans se blesser
  • De nombreux arguments technologiques sont produits par les grandes entreprises du running, et ce, sans aucune évidence scientifique
  • L’écoute de ses sensations, de son confort, et de sa progression sont les principaux critères qui doivent définir le choix d’une paire de running
Renaud Gaudefroy

Auteur de l’article
Renaud Gaudefroy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *