Le prix à payer

Je pense qu’il y a un prix à payer pour toutes les choses qui ont de la valeur et le succès en est un bon exemple. Tu dois payer le prix pour gagner, tu dois payer le prix pour être au top et tu dois payer le prix pour en arriver là.

Vince Lombardi

Temps de lecture: 10min

Introduction

« Je veux perdre 5kilos »

« Je veux courir un marathon »

« Je veux arrêter de fumer »

    Nous sommes nombreux à nous fixer des objectifs pour se réaliser, mieux s’accepter, améliorer notre santé et repousser nos limitesSe fixer un objectif est stimulant, donne une ligne directrice à nos vies et impulse notre motivation à faire les choses.

     Hors, se fixer un objectif n’est pas la chose la plus importante dans la réalisation de nos projets. Se fixer un objectif est à la portée de tout le monde. En connaître le prix à payer pour l’atteindre est en revanche une toute autre paire de manches.

Payer le prix

    Pour chaque objectif, il y a un prix à payer. Plus cet objectif est difficile et plus on s’accorde un délai court pour l’atteindre, plus le prix à payer sera élevéLe prix à payer représente tout simplement les efforts qu’il vous faudra fournir pour atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé.

    Prenons par exemple la perte de poids, que je préfère appeler perte de masse grasse (MG). Vouloir perdre sa bedaine, ses poignées d’amour, ses ailes de Batman (l’une de mes clientes baptise la graisse des triceps de cette manière là), sa culotte de cheval est quelque chose que beaucoup de personnes souhaitent en venant chez nous. Ce que tous ne prennent pas en revanche en compte c’est que pour atteindre ces objectifs il leur faudra:

  • Réorganiser complètement leur façon de s’alimenter. S’assurer de consommer 3 repas assis par jour + une ou deux collations au besoin.
  • Passer du temps à préparer ses repas, découper les aliments, les faire cuire….
  • Passer par conséquent du temps à faire les courses en prenant souvent des options alternatives aux lieux traditionnels de courses (aller au marché, chez le boucher du quartier, le primeur…). Donc revoir ainsi ses habitudes.
  • Réorganiser leur vie sociale en choisissant mieux leurs restaurants et en écourtant les sorties tardives pour avoir plus d’heures de sommeil.
  • Accepter le regard critique de l’entourage au moment où l’on dit non à un verre d’alcool pour prendre une eau pétillante avec un citron.
  • Enchainer des entrainements intenses à la fin d’une journée de travail longue et stressante avant de retrouver son foyer et de peut être s’occuper des devoirs de ses enfants en rentrant.
  • Conserver ces habitudes qu’on soit chez soi, en vacances, chez des amis…
  • Plus tout un ensemble d’éléments supplémentaires jouant un rôle déterminant dans la perte de MG et le bien être général (gérer son stress, commencer enfin à accepter son corps tel qu’il est…)

C’est quand on met côte à côte l’objectif à atteindre et tous les efforts qu’il y aura à fournir que l’on parvient à se rendre compte de ce qu’implique réellement l’objectif fixé. Et de savoir par la même occasion si nous sommes prêts à en payer le prix.

Comment garantir le succès de vos objectifs fixés?

Être honnête envers soi-même est primordial. Nous avons tous une capacité d’investissement différente. Cette capacité d’investissement dépend de deux facteurs:

  • Intrinsèques: Capacité à sortir de sa zone de confort, à rester constant, à s’adapter… Nous sommes tous différents par rapport à cela. Les plus forts mentalement pourront s’imposer des objectifs plus grands et plus vites. Les moins forts mentalement devront procéder par petites étapes. De petits objectifs et des durées humaines pour les atteindre. Ici, rien de glorieux à être dans le premier camp. Mieux vaut avancer lentement mais sûrement mais faire ce en quoi vous êtes bon et qui ne vous demandera pas des efforts surhumains.
  • Extrinsèques: Directement liés à vos activités professionnelles, personnelles et votre entourage. Si l’un ou plusieurs de ces items vous ralentit dans votre progression, reconsidérez vos objectifs avec une durée plus longue pour les atteindre et en le divisant en plusieurs petites étapes. Si vous avez un boulot stressant qui vous demande beaucoup de temps, que vous avez plusieurs enfants en bas âge qui demandent votre totale attention ou que vous avez peu d’entourage proche ou un entourage qui ne vous soutient pas dans vos projets (ou pire vous critique vivement dans leur atteinte), prenez cela en considération. Soyez indulgents avec vous même, et réadaptez vos objectifs en fonction.

Comment procéder?

    Dans la fixation de vos objectifs il est important de conserver quelque chose: Une progression constante. Surtout si vos facteurs extrinsèques et intrinsèques sont défavorables. Dès lors que vous ne progressez pas depuis un moment, vous vous démotivez et abandonnez. Sur le plan sportif, c’est ce qui vous mène à la conclusion suivante: Je ne suis pas fait(e) pour le sport. Une progression constante doit intervenir tous les 2 mois au maximum. Ainsi, en fonction des facteurs intrinsèques et extrinsèques, déterminez un objectif atteignable sur cette période là. Si l’objectif que vous vous êtes fixé est trop important pour être atteint en 2 mois, divisez le en plusieurs petits objectifs qui eux seront atteignables en deux mois. C’est le cas de grosses pertes de poids chez des personnes obèses par exemple. A chaque atteinte d’objectif, célébrez ça. On minimise trop souvent le travail accompli pour se focaliser de suite sur le travail qu’il reste à fournir. Chaque chose en son temps. Toutes les équipes sportives célèbrent leur victoire en compétition même si elles jouent leur prochain match dans quelques jours. Prenez conscience du travail accompli et renforcez les choses qui vous rendent fières de vous-même. Célébrer cela avec votre entourage est toujours quelque chose de génial. Surtout si vous leur avez parlé de votre objectif quelques semaines auparavant. 

La mise en pratique

    Afin de mettre en pratique ce que vous venez de lire à l’instant, je vous propose de vous donner un exemple. Cet exemple concernera deux personnes, avec le même objectif de perte de MG, les mêmes mesures corporelles (taille, poids, % de MG) et le même niveau de condition physique. Mais avec des facteurs extrinsèques et intrinsèques différents.

    Ces deux personnes sont des femmes de 30 ans pesant 68kgs avec une MG de 25% souhaitant sécher de manière à perdre un peu de hanches et paraître plus tonique avec un dessin des muscles légèrement apparent. Pour atteindre leur objectif, il leur faudrait atteindre une MG d’environ 20-22%. C’est à dire perdre au moins 3% de leur poids du corps en gras. Soit 2 kilos de graisse environ. 

La première femme, nous la baptiserons de manière très scientifique « Cas n°1 », a les facteurs intrinsèques et extrinsèques suivants:

Facteurs intrinsèques

  • C’est une ancienne sportive de haut niveau habituée à des préparations intenses et à une régularité dans ses entrainements.
  • Elle a réussi régulièrement des concours et des diplômes qu’elle a obtenu la plupart du temps du premier coup, renforçant ainsi sa confiance en elle.

Facteurs extrinsèques

  • Elle exerce une profession qui la valorise et lui donne confiance en elle. Elle n’est pas stressée par son emploi, gagne bien sa vie et a du temps libre.
  • Elle est en couple depuis 2 ans et n’a pas d’enfants. Sa relation est stable et la rend épanouie.
  • Elle a un entourage proche (famille, amis) qui la soutient dans ses projets et l’encourage dans leur réalisation.

La deuxième femme (« Cas n°2 ») a les facteurs intrinsèques et extrinsèques suivants:

Facteurs intrinsèques

  • C’est une personne qui n’a jamais fait de sport et ne s’est jamais dépassée physiquement. 
  • Elle a échoué dans un projet d’études important et s’est réorienté vers une autre voie.

Facteurs extrinsèques

  • Elle exerce une profession qu’elle n’aime pas et qu’elle a du choisir contre son gré. L’ambiance au travail est nauséabonde, elle travaille beaucoup, gagne mal sa vie et a peu de perspectives d’évolution.
  • Elle est en couple depuis 10 ans et a 2 enfants en bas âge. A cause du travail et des enfants, elle passe moins de temps avec son mari et sa relation en souffre
  • Elle a un entourage proche (famille, amis) qui ne la soutient pas dans ses projets et la critique vivement lorsqu’elle entreprend quelque chose de nouveau.

    Je vous rappelle que ces deux femmes ont les mêmes mesures corporelles, le même objectif et la même condition physique. Pourtant , qui a selon vous le plus de chances de réussite dans sa perte de masse grasse?

   Vous répondrez justement le cas n°1. Toutefois le cas n°2 a également toutes ses chances. Il lui faudra simplement un plan d’action différent, lui allouant plus de temps pour atteindre son objectif en respectant son passé sportif inexistant et le temps que lui prend son travail et son rôle de mère de famille.

Voici comment je procèderais pour faire atteindre leurs objectifs à ces deux trentenaires.

Programmation du cas n°1

  • Je fixerais un objectif sur 4 mois. En raison de sa confiance en sa capacité à réussir (études, emploi, entourage…), la création d’un sous objectif (2 périodes de 2 mois par exemple) n’est pas fondamental ici. Je réaliserais néanmoins une analyse à mi parcours pour m’assurer que le programme fonctionne et renforce la motivation du cas n°1.  
  • 4 entrainements par semaine. 2 seraient basés sur de la musculation à poids de corps et avec charges en mobilisant de grandes masses musculaires. Les deux autres impliquerait du travail intermittent à haute intensité (HIIT) avec un mélange de sprints et d’exercices de musculation (3,4,5)
  • 4 repas par jour avec des aliments à Index Glycémique bas et un apport protéique à 2,5grammes/kg/jour (6,7,8)

Programmation du cas n°2:

  • Je fixerais un objectif sur 6 mois que je diviserais en 6 objectifs de 1 mois. Les meilleurs résultats étant obtenus au démarrage, je fixerais un objectif plus important au départ pour renforcer la confiance en sa capacité à réussir du cas n°2 dès le début du programme (perte de 400-500gr de graisse au 1er mois pour finir par une perte de 200-300gr au dernier mois).
  • 3 entrainements par semaine en salle en alternant musculation et HIIT et une sortie de marche rapide le week end en faisant participer la famille et en lui permettant de passer ainsi du temps avec son mari (9). J’aurais contacté ce dernier au préalable pour le sensibiliser sur l’importance de son soutien au cours des 6 mois de changement de son épouse.
    • Même recommandation au niveau alimentaire que le cas n°1 (4 repas par jour, aliments à IG bas, apport protéique 2,5gr/kg/jour). Ayant moins de temps pour elle, prendre l’option d’amener une bonne quantité d’aliments en version liquide (protéines en poudre, jus de légumes…). Conseiller des plats sains appréciés par toute la famille pour favoriser les repas ensemble (soupes, purées, salades et viandes grillées). 

Conclusion

    Beaucoup parlent de génétique et appuient le fait que nous sommes tous différents justifiant ainsi leur échec alors que d’autres réussissent. Mes croyances en cela sont limitées. Pour battre un record olympique, je veux bien croire que la génétique joue un rôle important. Pour perdre quelques kilos de graisse, prendre quelques kilos de muscle ou courir un semi marathon, le facteur d’échec est avant tout la résultante d’une méconnaissance de ses facteurs intrinsèques et extrinsèques. Bien sûr, certain(e)s y arrivent plus vite que d’autres. Mais en calquant le plan d’action avec ce dont nous sommes capables, la réussite est à la portée de tout le monde.

Facteurs intrinsèques et extrinsèques

Renaud Gaudefroy

Auteur de l’article
Renaud Gaudefroy

  1. McArdle W., Exercise physiology: energy, nutrition, and human performance, 4th edition, Williams & Wilkins, 1996
  2. Wishnofsky M., Caloric equivalents of gained or lost weight, Am J Clin Nutr, 1958
  3. Boutcher S., High-Intensity Intermittent Exercise and Fat Loss, J. Obes., 2011
  4. Hazell T., Running sprint interval training induces fat loss in women, Appl Physiol. Nutr. Metab., 2014
  5. Willis L., Effects of aerobic and/or resistance training on body mass and fat mass in overweight or obese adults, J. Appl. Physiol., 1985
  6. Juanola-Falgarona M., Effect of the glycemic index of the diet on weight loss, modulation of satiety, inflammation, and other metabolic risk factors: a randomized controlled trial, Am. J. Clin. Nutr., 2014
  7.  Mettler S., Mitchell N., Tipton K., Increased protein intake reduces lean body mass loss during weight loss in athletes, Med. Sci. Sports Exerc., 2010
  8. Leidy H. et al., The role of protein in weight loss and maintenance, Am. J. Clin. Nutr. 2015
  9. Hong H., Effect of walking exercise on abdominal fat, insulin resistance and serum cytokines in obese women, J. Exerc. Nutrition Biochem. 2014
Renaud Gaudefroy

Bonjour et MERCI d’avoir pris le temps de lire mon article.
Dans la vie, je me passionne pour 2 choses:
1- Trouver les meilleurs outils pour réussir (presque) tous les objectifs que je me fixe.
2- Vous transmettre ces outils et vous apprendre à les utiliser pour vos propres objectifs.
N’hésitez pas à consulter mes autres articles ou à me contacter par les réseaux sociaux.
À très bientôt!
Renaud.

4 thoughts on “Le prix à payer

    1. Renaud Gaudefroy

      Merci Nico! Les facteurs intrinsèques et extrinsèques sont deux éléments importants dont je me suis rendu compte il y a peu. Depuis qu’on en fait prendre conscience à nos clients, ils sont plus précis dans leurs objectifs et acceptent de progresser à leur rythme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *